Autour de la santé

Promotion de l’artemisia annua et Afra en milieu scolaire et communautaire

Paludisme : Il représente la première cause de mortalité au Togo avec plus de 56 % des consultations et de 44 % des hospitalisations. Chez les enfants de moins de 5 ans, la morbidité hospitalière est de 66% avec 6% de létalité. Au moins deux enfants en meurent chaque deux minutes.

Face à cette situation, la solution la plus simple et accessible à tous est le thé d’Artemisia Annua ou Affra.

A partir des essais de culture commencés depuis 2008, Le RONIER est parvenu à avoir des semences adaptées au climat. A ce jour les 850 enfants du programme Fonds Enfant Soleil sont protégés contre le paludisme.

Trois préscolaires sont déjà initiés à la prise de thé trois fois sans la semaine. Trois écoles primaires de la villes de Tsévié sont aussi retenues pour cultiver l’artemisia dans leur jardin scolaire.

Une ferme agroéclogique vient d’être mise en place et s’occupera de la formation la culture et la transformation.

 

Je bouge, donc je suis.

Ce programme a pour but de favoriser l’insertion socio-éducative et la participation active des jeunes à la vie de leur localité en développant l’habileté à l’emploi chez le jeune, en stimulant en eux le sens d’une citoyenneté active, critique et solidaire dans le respect des différences.

S’inscrivant dans son volet jeunesse, le programme “Je Bouge donc Je Suis” se fixent comme objectifs spécifiques :

  • Instaurer un climat de compréhension mutuelle entre les jeunes de toutes les couches sociales et promouvoir le respect et la tolérance des différences.
  • Développer le tissu associatif chez les jeunes en vue de renforcer leur contribution au processus de développement local, national et international;
  • Encourager des initiatives dans les domaines tels que:

a) Les domaines sanitaires;

b) Les domaines des activités génératrices de revenus;

c) Les domaines de la protection de l’environnement.

  • Créer un cadre d’échange d’expériences et de bonnes pratiques entre les jeunes et les différents services de formation en vue de jeter les bases d’une coopération locale nationale et internationale.
  • Amener les parents à prendre conscience de l’importance de la participation de l’enfant aux activités hors soutien scolaire.

SiDAGiR 

La jeunesse rurale constitue dans la Préfecture du ZIO un groupe cible malheureusement non impliqué, ni associée ou négligée dans la lutte contre le SIDA, du fait qu’aucune action locale spécifique n’est véritablement conçue et exécutée à leur intention. Le projet SIDAGIR se propose de sensibiliser les jeunes, les éduquer et les mobiliser à prendre conscience afin de participer activement à la lutte contre la pandémie des IST/VIH/SIDA, pandémie qui freine le progrès au même titre que la guerre et la destruction de l’environnement.

A partir d’une campagne de sensibilisation dans 12 villages de la préfecture du ZIO et leurs établissements scolaires, SIDAGIR se propose par la suite d’initier un Club scolaire dans les villages. Ces clubs bénéficieront de renforcement de capacité de Le RONIER pour servir de relais et continuer les activités de pairs éducateurs dans le milieu.

 

Événements en cours.

  • Concours SIDA à travers art et créativité en milieux scolaire, 5ème édition.
  • Sensibilisation – Education environnementale sur la désertification suivie du Concours chansons et dessins contre les feux de brousse. 2ème édition.
  • Projection du documentaire le malaria bisness
  • Projection du documentaire environnemental l’Afrique notre berceau

 

SOS Village Atsanvé.

Situé à 17 km de Tsévié, chef-lieu de la préfecture de Zio, Atsanvé est un village enclavé de plus de plus de 800 habitants où le problème d’accès aux soins de santé primaire se pose avec acuité. Plus de 250 enfants doivent faire plus de 8 km avant d’accéder à une école dans le village de Yobo. Mais, grâce aux efforts du Comité Villageois de Développement (C.V.D) et de la population, une école est ouverte cette année dans une église en claie. Trois enseignants assurent les cours. De même les femmes enceintes doivent faire également les mêmes distances avec les enfants avant d’accéder au dispensaire de YOBO.

La voix des sans voix, Le RONIER lance donc un appel aux bonnes volontés, aux associations et aux volontaires surtout en médecine générale à bien vouloir jeter un regard humanitaire sur ce coin du monde où la population n’arrive pas malgré ses efforts à s’assurer des services de santé primaires essentiels.

Un centre médico-social et une école sont très très nécessaires pour cette localité. Il faut surtout dans cette situation, plaindre les enfants et les femmes enceintes.

Vos dons en matériels – équipements médicaux et en produits pharmaceutiques, vos assistances de toute nature, vos idées et conseils sont les bienvenus pour sauver des vies humaines.

24 ares sont données à Le RONIER pour créer un préscolaire pour une préscolaire pour les enfants de 2 à 5 ans dont leur effectif dépasse 150 dans la zone.